Sécurité des navires de plaisance

L’équipement en moyens de sécurité obligatoire des navires de plaisance à moteur évolue, une réforme attendue après 10 ans de retour d’expériences.

« En mer les équipements de couleur vive, qui ne se rencontrent pas dans la nature, comme par exemple la couleur orange, augmentent vos chances d’être repéré »; les moyens de repérage sont maintenant intégrés dans l’équipement de sécurité obligatoire pour la plaisance à moteur, la voile et les loisirs nautiques. Cette réforme constitue l’aboutissement de 10 ans de sensibilisation et de retour d’expérience des services spécialisés dans les secours et le sauvetage sur le sujet. La pêche sous-marine, la randonnée palmée, l’apnée et la plongée en scaphandre sont les grandes « oubliées » de la réforme.

1. L’équipement de sécurité des navires de plaisance

Cet équipement est modernisé et complété par un moyen de repérage lumineux. Au choix du chef de bord, il peut être collectif (lampe, projecteur, perche IOR, etc.) ou individuel s’il est étanche et porté par chaque personne à bord. Ce nouvel équipement constitue une obligation pour les embarcations de pêcheurs sous-marins.

2. Les loisirs nautiques en mer

– Planches à voiles et aérotractées – Véhicules nautiques à moteur – Kayaks et avirons de mer –

Le moyen de repérage lumineux doit être assujetti à chaque équipement individuel de flottabilité ou porté par chaque personne à bord.

3. Conseils aux pratiquants et commentaires

« Pour être secouru, il faut être vu ». En cas de difficulté, ne quittez JAMAIS votre flotteur pour tenter de rentrer à la nage, signalez-vous en mettant en œuvre votre moyen lumineux. La fiche « moyens de repérage » a été créée par la mission plaisance de la Direction des Affaires Maritimes (DAM) à la suite de multiples retours d’expérience (retex) des CROSS pendant une dizaine d’années de 2000 à 2010 (retex qui peuvent être résumés dans le slogan «pour être secouru, il faut être vu », aujourd’hui repris dans la communication de la DAM et des PREMAR).

Ces moyens de signalisation sont désormais intégrés dans l’équipement de sécurité obligatoire des navires de plaisance, planches à voile, véhicules nautiques à moteur, kayaks et avirons de mer. Des journées interministérielles de sécurité des loisirs nautiques sont aussi régulièrement organisées. Ces journées de sensibilisation ont pour objectif de contribuer à une meilleure prise de conscience collective des dangers de la mer. En effet l’année 2010 a été marquée par une augmentation notable du nombre d’opérations coordonnées par les CROSS. Le respect de certaines précautions élémentaires de bon sens aurait pourtant permis d’éviter de nombreuses opérations, épargnant des vies et écartant la mise en œuvre de couteux moyens d’intervention pour la collectivité :

– contrôle du niveau de carburant
– consultation de la météo
– information des proches quant à la zone de navigation envisagée et l’heure prévue de retour
– emport d’un moyen de communication
– capacité à se localiser
– emport de l’ensemble des matériels de sécurité et connaissance de leur utilisation

Vous trouverez en annexe les nouvelles fiches préparées par le ministère chargé de la mer (actuel ministère de l’écologie, du développement durable, du logement et des transports – MDEDDTL -) qui vous rappelleront un certain nombre de conseils et d’obligations de sécurité.

Téléchargez les fiches d’information :

DGITM_Equipement_de_securite_navires_de_plaisance
DGITM_Loisirs_nautiques_en_mer
DGITM_Moyens_de_reperage

N’oubliez pas le numéro d’urgence 1616 qui vous permet de contacter directement par téléphone (à défaut de VHF ou autres moyens d’appel) le CROSS qui pourra alors coordonner votre opération de secours. Depuis juillet 2004, le 1616 est, en France, le numéro de téléphone d’urgence en mer qu’il est possible de former pour joindre les Centres régionaux opérationnels de surveillance et de sauvetage (CROSS) avec un téléphone mobile. Il est cependant fortement déconseillé de s’appuyer uniquement sur cette solution en raison de la mauvaise couverture du réseau GSM en mer et de l’impossibilité pour le CROSS de relever rapidement l’azimut de l’appelant. En mer, un téléphone portable constitue un matériel de complément. Préférez la VHF (voir les sujets en rubrique « sécurité » de la médiathèque). Enfin, soyez des amateurs éclairés !

Pour être secouru, il faut être vu !
Etes-vous sûr de pouvoir être vus par un canot ou un hélicoptère de sauvetage ?

Bien que la réforme ne le rende pas obligatoire, ne pratiquez jamais sans matériel de signalisation individuelle à votre bouée ou à votre planche : bâtons luminescents (type cyalume), lampes flash, fumigènes et feux à main étanches (signaux jours-nuit pour plongeurs), fluorescéine.

Bonne mer et bonne année 2011 !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *