La FNPSA présente à la XIIe Coupe de Rovinj, Croatie

Pour cette 12ème édition de la traditionnelle compétition de la ville de Rovigno, en Croatie, la France a fait les choses en grand. Pas moins de 7 équipes FNPSA ont participé à ce « Voyage en terre presque inconnue ». Il faut dire que la destination a de quoi attirer avec ses dentis et son grand hôtel confortable, au bord de la mer avec la possibilité de mettre les bateaux à l’eau pour toute la semaine, juste à ses pieds.

Certains connaissaient un peu la zone mais pour d’autres c’était une première. Bien sûr, avant le départ, tous connaissaient les règles du jeu : compétition en bateau, par équipe de 3 et d’une durée de 5h dans une eau plutôt … fraiche (9° à 10°). La visibilité était variable sur certaines zones mais correcte dans l’ensemble (de 6 à 10 m) avec du poisson à trou uniquement.

Malgré ces conditions difficiles, tous avaient en tête les commentaires et surtout les images des pêches incroyables de gros dentis capturés l’année précédente. Mais les années se suivent et ne se ressemblent malheureusement pas et force est de constater que ce millésime 2013 allait s’avérer beaucoup moins riche en écailles… Il faut dire qu’avec une maille à 400 g pour tous les poissons (sauf pour le congre à 2.5 kg)  la barre était assez haute. Même les compétiteurs locaux ont eu du mal à expliquer ces écarts de fréquentation du poisson (température de l’eau, état de la mer, courant, absence de nourriture, présence plus ou moins forte des filets de pêcheurs…).

Cette édition 2013 a été marquée par l’arrivée d’une nouvelle génération de compétiteurs équipés d’arbalètes pneumatiques d’où des discussions animées entre les convaincus et les sceptiques.

 

Analyse de Christian Cerboni, nouveau responsable  « Compétition et équipe de France » de notre fédération :

« Notre fédération, la FNPSA, fière de représenter la pêche sous-marine dans tous ses aspects (loisir, formation, sécurité, environnement, compétition…) a décidé, cette année, d’aider 3 équipes pour se rendre à Rovinj.  Parmi les sportifs sélectionnés, six (Eugène, Bollotte, Piereschi, Bunel, Guillou et Guigues) sont classés au « points- place » national (système de classement obtenu sur la base des résultats au « Trophée National Individuel ») et 3 sont des jeunes compétiteurs prometteurs, dont Bouquillon et Panuella retenus pour leur victoire lors de la dernière manche de la « Coupe de France » à Marseille, en décembre dernier, le troisième étant Fabrice Mouton de Côte d’Azur.

On peut dresser un bilan de notre représentation à cette édition 2013. En points positifs :

– 7 équipes françaises présentes dont 3 aidées par notre fédération.

– Une excellente ambiance entre français, mais également avec les autres nations (croates, italiens, slovènes…).

– Une motivation et une volonté de bien faire très marquées.

– Un accueil (hôtel) et de très bonnes conditions logistiques  (bateau à quai devant l’hôtel, habillage sous la douche…).

– Une excellente organisation générale de la compétition et de la pesée.

– Des contacts pris avec les autres nations notamment avec le directeur des équipes nationales italiennes (Paolo Capucciati). Ce dernier point est très important car la FNPSA vise au travers de ces rencontres à développer ses relations avec les fédérations étrangères.

– Des jeunes compétiteurs prometteurs.

En revanche, les conditions météo ont été difficiles (froid, neige, pluie, clarté variable…) et  il y avait peu de poissons par rapport aux autres années ainsi qu’une plus grande mobilité.

Les regrets viennent surtout du fait que cette année, particulièrement, les italiens et les croates étaient « prenables » en raison du peu de poissons présents mais compte tenu de leur connaissance de la zone, il est toujours difficile d’être compétitif pour une équipe adverse lorsque de gros poissons sont à trou (daurades ou dentis).

 

 

 

 

 

 

Il faut noter néanmoins que :

–  Sur vingt compétiteurs français, quinze d’entre eux découvraient la zone…

–  une équipe a malheureusement manqué d’au moins un jour ou deux de repérage  pour obtenir plus de points de pêche.

–  une équipe a connu des ennuis de moteur.

–  une équipe aurait pu créer la surprise… à quelques grammes près (5 poissons « non valido » à moins de 5 grammes) et c’est le podium qui s’envole.

–  Déjà des constatations intéressantes ont pu être faites par nos compétiteurs sur les exigences du haut niveau en terme de préparation matérielle, de logistique et de mise au point de stratégies adaptées aux conditions de la compétition, notamment la gestion du temps, des déplacements et du choix des priorités du parcours.

Une constante encourageante : le plaisir des autres nations de voir revenir la France. Cela doit nous encourager à poursuivre nos efforts pour revenir au meilleur niveau international.